Un ange gardien numérique : l’eCall obligatoire à partir de mars 2018

Les nouveaux véhicules devront être équipés du système d’alerte automatique eCall à partir du 31 mars 2018. Quel est ce système et comment fonctionne t'il ?

21.03.2018

Un ange gardien numérique

A la suite d’un grave accident, il n’est pas toujours facile pour le conducteur et ses passagers d’appeler les services de secours eux-mêmes, notamment en raison de blessures graves ou de stress post-traumatique. Dans la majorité des cas, quelques minutes peuvent faire la différence entre la vie et la mort. Raison pour laquelle un nouvel ange gardien numérique s’invitera à bord des nouveaux véhicules à partir du 31 mars 2018. Le système embarqué « eCall » envoie un signal aux services d’urgence suite à un accident, afin de les guider vers le lieu du sinistre. La commission européenne estime que le nombre de décès pourrait être réduit d’environ 10 %. Dans cet article, nous allons vous expliquer tout ce qu’il faut savoir sur les fonctionnalités du système eCall ainsi que les problèmes potentiels.

1. Rapide aperçu d’eCall

Tous les nouveaux véhicules doivent être équipés du nouveau système d’urgence eCall à partir de la fin du mois de mars. L’Union Européenne a décrété que tous les véhicules légers devront suivre cette nouvelle réglementation 2015/758. Les automobilistes prendront connaissance de ce système qui devrait permettre de réduire le nombre de décès sur les routes européennes d’environ dix pour cent.

eCall pour « emergency call », fonctionnera partout en Europe. En cas d’urgence, il établit une communication vocale ainsi qu’un contact avec le 112 (911) et la station des premiers secours la plus proche. Le système eCall utilise le réseau de téléphonie mobile et le système de positionnement par satellites pour récupérer les informations concernant le véhicule, les passagers, le lieu et déclencher le signal d’urgence. Ceci permet d’aider les services d’urgence à déterminer la nature de l’accident. Le système d’appel d’urgence automatique, qui peut également être déclenché manuellement, permettra un gain de temps conséquent. L’appel est transmis directement après l’accident - ce qui peut également sauver des vies.

2. L’objectif du système eCall

A peu près 25 500 personnes ont perdu la vie sur le réseau routier européen en 2016. Un peu plus de 135 000 ont été grièvement blessés. Même si ces chiffres ont baissé depuis quelques années, à elle toute seule, la France a connu 3 456 décès sur les routes en 2017. Le réseau routier européen est encore loin de la « vision zéro accident » qui prône un monde sans accidents de la route fatals et graves. C’est ce qui a poussé l’Union Européenne à introduire un système d’appels d’urgence automatique obligatoire en octobre 2015. Des manifestants pour la protection des données et diverses protestations sont la cause de ce retard. Avec son implémentation imminente, l’UE espère pouvoir atteindre certains objectifs

  • Réduire le nombre de décès en Europe à environ 2 500 par an
  • Une assistance médicale plus rapide et efficace en cas d’accident
  • Réduire la gravité des blessures par accident d’environ 15 pour cent
  • Diminuer le temps d’action d’environ 50 pour cent dans les zones rurales et de 40 pour cent en zones urbaines

Dans les zones plus éloignées ou faiblement peuplées, il faut beaucoup plus de temps aux services d’urgence pour se rendre sur place. La victime d’un accident n’est pas toujours capable d’informer le personnel des urgences pour diverses raisons : état d’inconscience, blessure ou stress. Un eCall automatique diminuerait au minimum le temps de réception de l’appel et aux secours à se rendre sur place pour prodiguer les premiers soins.

L’obligation de prodiguer les premiers secours

Les automobilistes sont dans l’obligation de prodiguer les premiers secours même avec l’aide du système eCall dans l'assistance d’urgence. 2 raisons sont à l’origine de cette obligation. Premièrement, car tous les véhicules ne seront pas équipés de la fonctionnalité eCall à partir du 31 mars qui sera installé uniquement sur les nouveaux véhicules. Même si les véhicules disposent du système eCall, certaines mesures en plus d’alerter les services d’urgences sont nécessaires. Par exemple, la sécurisation du lieu de l’accident ou prodiguer les premiers secours aux blessés.

3. Comment le système eCall fonctionne t-il ?

Le système eCall établit une connexion téléphonique uniquement lorsque les capteurs sensoriels en cas d’accident sont déclenchés ou par activation manuelle. D’autres automobilistes peuvent également activer le signal manuellement et déclarer l’accident. Le système met en relation les services d’urgence les plus proches ou le numéro universel des urgences le 112.

Un ange gardien numérique : l’eCall obligatoire à partir de mars 2018

Le système peut également être activé manuellement par le conducteur ou un passager en cas d’urgence autre qu’un accident. Par exemple une urgence médicale. Les nouveaux véhicules disposeront de ces fonctionnalités afin que le système eCall puisse fonctionner correctement :

  • Un GPS qui permet de localiser la position exacte
  • Un dispositif de contrôle pour le rapport localisation
  • Une antenne GSM pour établir les appels d’urgence
  • Un système de contrôle eCall pour collecter les informations et établir une connexion
  • Un module mains libres pour établir le contact avec les passagers
  • Une alimentation de secours en cas de panne de la batterie

Les nouveaux véhicules seront équipés d’importantes fonctionnalités qui transmettront des informations sur la nature de l’accident. En plus du fait que les fonctionnalités transmettent la localisation du véhicule, les capteurs d’accidents sont vitaux pour déterminer la nature et la gravité de l’accident - dans l’enregistrement du déploiement des airbags par exemple. Grâce à ces informations, les secours peuvent bien se préparer à la nature de l’accident. Idéalement, le véhicule sera doté d’un bouton pour alerter l’assistance routière.

4. Quelles sont les informations transmises ?

Les secours doivent pouvoir localiser le lieu de l’accident. Leur capacité à fournir une assistance appropriée dépend fortement du nombre d’informations dont ils disposent; Dans ce cas, le système eCall transmet toutes les informations nécessaires. Si l’appel d’urgence est activé - automatiquement ou manuellement avec un bouton - les informations suivantes seront transmises dans tous les cas :

  • La localisation du véhicule : la latitude et la longitude ainsi que les deux dernières positions du véhicule et leurs différences
  • Le contrôle des données : activation automatique ou manuelle, tests ou appels d’urgence, la classe du véhicule, chiffrement binaire sur la fiabilité de la position.
  • L’heure de l’accident et la direction du voyage
  • Le numéro d’identification du véhicule (VIN) : numéro composé de 17 chiffres dans le but d’identification en accord avec ISO 3779
  • Le type de carburant : électrique, diesel, essence ou LPG
  • Le nombre de passagers : basé sur le nombre de port de ceinture

Pour l'instant, le système ne stocke aucune information concernant le conducteur ou le propriétaire. Il n’est donc pas nécessaire de faire une mise à jour lors du changement de propriétaire par exemple.

Qui est notifié d’un eCall ?

Après un accident, le système eCall transmet uniquement les informations à un centre d’urgence ! Seul le propriétaire du véhicule peut configurer le système afin que le fabricant soit également notifié.

5. eCall et le débat sur la protection des données

L’Union Européenne a fait passer des obligations qui obligent les constructeurs à garantir que la technologie eCall efface en permanence toutes les données collectées. Les services d’urgence ne peuvent en aucun cas divulguer les informations à une tierce personne sans l’accord du propriétaire du véhicule. Comme mentionné précédemment, le système eCall fonctionne uniquement lorsqu’il est activé afin de prévenir la traçabilité du véhicule. Ainsi, le système eCall transmet uniquement les informations automatiquement après un accident. Les détracteurs au système ont peur qu’il représente une étape vers la traçabilité complète des automobilistes ainsi qu’une structure de surveillance. Ils sont déconcertés par le fait que les règles strictes de l’UE en matière de protection des données ne s’applique qu’au système eCall lui-même.

L’arrivée imminente du système eCall a déclenché un débat sur la protection des données. Résultant dans le report du lancement du système qui était prévu en 2015. Un débat fondamental sur la protection des données a également fait rage dans les couloirs du parlement européen. Les critiques voient le système comme une menace potentielle à la confidentialité des données personnelles. Les constructeurs et les assureurs montrent un grand intérêt à la collecte de ces informations. L’introduction de services commerciaux annexes au système principal eCall est attendue avec la plus grande crainte. Les informations sur le propriétaire du véhicule peuvent être menacées puisque ces services additionnels - contrairement au système eCall principal - établissent une connexion à Internet permanente. Les automobilistes soucieux du potentiel risque devraient uniquement disposer du système eCall basique qui établit une connexion uniquement après un accident, peu importe les circonstances.

6. Sera t-il possible de désactiver le système eCall ?

La désactivation du système eCall n’est pas envisageable et pratiquement impossible en raison des connexions fondamentales aux autres systèmes internes du véhicule. Toute fonction permettant la désactivation du système va interférer avec l’obligation d’équiper les nouveaux véhicules de ce système. Le système eCall sera intégré comme un composant fixe après une inspection d’homologation. Cela signifie que le véhicule peut perdre son autorisation d’exploitation si le système est désactivé, perdant ainsi son approbation à participer au trafic routier en UE. Si cette désactivation n’est pas couverte - après un accident par exemple - il se peut que l’assurance ne vous couvre pas.

7. Les véhicules d’occasion devront-ils être équipés du système eCall ?

Il n’y a pas d’obligation à l’installer sur les véhicules d’occasion, puisque le système eCall est exclusivement réservé aux nouveaux véhicules. Les automobilistes qui souhaitent avoir un système d’urgence dans leur véhicule peuvent choisir entre différentes alternatives. Ils peuvent facilement s’installer en utilisant l’allume cigare ou l’interface OBD2.

OBD2

L’Outil Diagnostic Scanner (OBD) inspecte tous les systèmes et fournit des informations importantes sur les réparations par exemple. Depuis 2004, tous les nouveaux véhicules en UE ont ce système installé à bord. L’interface offre plus que des données sur les émissions et le moteur. Il peut également être utilisé pour l’installation d’un système d’appel d’urgence automatique.

Beaucoup de solutions sont coûteuses, alors que d’autres signalent les petits accidents aux assureurs ; il est donc important de comparer les coûts, bénéfices et les inconvénients de chaque système avant de prendre une décision. Le tableau ci-dessous démontre les caractéristiques les plus importantes du système eCall, le service de déclaration des accidents des assureurs, et les systèmes d’appels d’urgence automatique. Les coûts de maintenance des différents fournisseurs varient considérablement.

Système eCall Service de déclaration des accidents Appel d'urgence automatique
Coûts d'acquisition Aucun Aucun environ. € 119 – € 1,000
Coûts de maintenance Varie en fonction des constructeurs Contribution annuelle Env. € 9 – 40 Contribution annuelle Env. € 0 – € 80
Type de Communication SIM Bluetooth SIM
Prérequis Galileo et GSM, antenne, dispositif de contrôle Allume-cigare (12-volt), app smartphone Interface OBD2 , app smartphone
Appel d’urgence manuel Oui Oui Généralement
Obligation contractuelle Non Oui En partie
Utilisateurs 1 < 5 1 – ilimité

8. Prévision : eCall, le sauveur électronique

Tous les nouveaux véhicules auront leur propre ange gardien digital installé à partir de début avril 2018. Ce système mettra en relation une assistance immédiate suite à un accident. Avec ses options de transmission manuelles et automatiques, le système eCall parvient à satisfaire toutes les demandes nécessaires pour réaliser les objectifs de l’UE. Le nombre d’accident de la route devrait être réduit de 10 pour cent grâce à des premiers secours prodigués plus rapidement et efficacement. De plus, le système devrait réduire le nombre de blessés graves. Les automobilistes doivent tout de même regarder de très près le système eCall en particulier concernant les menaces possibles à la confidentialité des données.

L’utilisation exclusive du système basique d’eCall, sans l’ajout d’autres services, offrira aux passagers un service d’urgence sécurisé. Les droits sur l’utilisation des données personnelles seront garantis par des directives de l’UE strictes. Le système eCall offre un potentiel conséquent quant à la sécurité des routes européennes, en établissant la connexion la plus rapide possible au centre d’urgence le plus proche et en offrant aux secouristes le moyen de mieux se préparer à la nature de l’accident par des données compréhensibles sur celui-ci.

Nos services